Collectif Alpha asbl

Alphabétisation d’adultes à Bruxelles

Accueil > Qui sommes nous ? > Plate-forme > Plate-forme du Collectif Alpha

Plate-forme du Collectif Alpha

lundi 9 juillet 2007, par Collectif Alpha

Ce document est une base de travail destinée à servir de référence aux animateurs et futurs animateurs. Il constitue la Plate-forme d’orientation du Collectif d’Alphabétisation.

Cette plate-forme a pour objectifs de :

  1. permettre à chaque nouvel animateur de connaître les orientations du Collectif.
  2. permettre ainsi la cohérence indispensable à un bon fonctionnement au sein du Collectif.
  3. permettre, à partir d’une base écrite bien définie, des discussions plus enrichissantes afin d’approfondir, de préciser, d’améliorer, de modifier notre pratique.
  4. faire connaître à l’extérieur les orientations du Collectif d’Alphabétisation.

I. HISTORIQUE >>

II. PUBLIC >>

III. FINALITES - BUTS - OBJECTIFS

IV. ACTIONS >>

V. PROJET PEDAGOGIQUE

VI. LIENS VERS D’AUTRES ASSOCIATIONS ET ORGANISMES >>

VII. MOYENS - FINANCEMENTS >>

VIII. FONCTIONNEMENT : A.G. - C.A. - COORDINATION

IX. TRAVAILLER AU COLLECTIF

X. LA LAICITE AU COLLECTIF ALPHA

XI. LE VOLONTARIAT AU COLLECTIF ALPHA




I. HISTORIQUE >>

II. PUBLIC >>

III. FINALITES - BUTS - OBJECTIFS

Finalités

Le Collectif Alpha est une association d’éducation permanente

Si son action est centralement une action de formation, cette formation, l’alphabétisation, doit être un moyen d’atteindre les finalités du Collectif d’Alphabétisation.

Les finalités du Collectif Alpha sont politiques

Politiques parce que nous estimons que savoir lire et écrire est un droit fondamental pour tous et que dans notre société l’analphabétisme est un obstacle a la démocratie et a une réelle participation â la vie sociale, professionnelle, culturelle et politique.

Politiques parce les objectifs que nous poursuivons par l’alphabétisation ne sont pas seulement d’apprendre à lire et à écrire pour se débrouiller dans la vie quotidienne et atteindre ses différents objectifs personnels,

mais aussi

d’acquérir des capacités de réflexion et d’analyse pour comprendre et participer à la transformation des rapports sociaux, économiques, politiques et culturels afin d’établir une société plus juste et plus démocratique.

Buts

Si notre action est centralement une action de formation, cette formation, l’alphabétisation, doit être un moyen pour les participants d’atteindre leurs buts :

  • trouver du travail ;
  • entamer avec fruit d’autres formations ;
  • réussir pour la première fois de sa vie un examen et obtenir un diplôme ;
  • sortir de chez soi, de l’emprise familiale ou de la solitude ;
  • se positionner positivement face à la société, à son milieu, son conjoint, ses enfants et face à soi-même ;
  • participer à la transformation des rapports sociaux, économiques, politiques et culturels afin d’établir une société plus juste et plus démocratique.

Objectifs

* Défendre les droits des personnes analphabètes et plus particulièrement leur droit d’apprendre et leur droit à la formation.

Nous adhérons à la définition du droit d’apprendre définie par l’UNESCO dans la Déclaration de la Quatrième Conférence Internationale de l’UNESCO sur l’Education des Adultes, Paris, 1985.

Pour nous aussi, le droit d’apprendre, c’est :

  • le droit de lire et écrire ;
  • le droit de questionner et de réfléchir ;
  • le droit à l’imagination et à la création ;
  • le droit de lire son milieu et d’écrire l’histoire ;
  • le droit d’accéder aux ressources éducatives ;
  • le droit de développer ses compétences individuelles et collectives.


* Organiser des cours d’alphabétisation dans une perspective d’émancipation

On est analphabète, on le devient, on le reste, malgré la participation à des cours d’alphabétisation, parce qu’on est pas partie prenante de circuits de participation, de communication et d’expression culturelle et sociale, politique et économique, et que dès lors, on n’a pas de raisons de lire.

Pour qu’il y ait apprentissage il faut qu’il y ait pouvoir, qu’il y ait projet, qu’il y ait action, ... de la personne en formation sur son environnement et sur son apprentissage. C’est ce que nous visons par le choix de nos approches pédagogiques.

Aussi nous privilégions :

  • le développement de la confiance en soi ;
  • l’ouverture au monde extérieur ;
  • la rencontre de différentes cultures et leur confrontation ;
  • l’autonomie et la solidarité ;
  • le développement des capacités d’analyse critique ;
  • le développement de la participation sociale ;
  • une alternative aux rapports dominants dominés qui caractérisent les modes traditionnels de transmission de savoir ;
  • une réelle appropriation de l’oral, de l’écrit et des mathématiques dans la diversité de leurs aspects.


IV. ACTIONS >>

V. PROJET PEDAGOGIQUE

Pour être émancipatrice, notre action d’alphabétisation doit permettre, tant au formateur qu’à l’apprenant, de se situer et d’agir dans et sur la société, ce qui implique :

l’ouverture au monde

  • Réfléchir avec chacun à son histoire, sa géographie, son itinéraire, en veillant à articuler le présent, le passé et l’avenir dans ses dimensions tant personnelles que familiales, sociales et culturelles et valoriser les identités sans toutefois les enfermer dans des mythes identitaires.
  • Permettre la rencontre de différentes cultures, de différentes religions, de l’autre sexe, de différentes philosophies, de différentes origines.
  • Aborder l’actualité dans le but d’en améliorer la compréhension et de se situer par rapport à elle.
  • Aborder l’étude et l’analyse de l’histoire, de la géographie, des sciences, des réalités sociales, économiques et politiques, du monde du travail, de l’école, de l’éducation pour mieux se situer et agir.


C’est pourquoi l’action du Collectif Alpha et le « vivre ensemble avec nos diversités » impliquent un cadre de valeurs clair d’égalité entre tous les êtres humains, de respect des droits humains (selon la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme), d’égalité hommes/femmes, de respect des orientations sexuelles, de séparation entre la religion et l’Etat, et de non prosélytisme.

un réel apprentissage

Les méthodes que nous utilisons sont globales, c’est-à-dire centrées sur la personne, en fonction de ses besoins, de ses désirs et de ses aspirations et sur le groupe en tant que lieu d’échange et d’apprentissage.

Ces méthodes sont basées sur l’auto-socio-construction des savoirs ainsi que sur les échanges et les apports réciproques entre tous, participants et animateurs.

Nos méthodes font appel à et valorisent l’intelligence, l’intuition, les connaissances et l’expérience personnelle de chacun pour se questionner, douter, refuser, proposer, accepter, innover, se former, demander, répondre et se positionner.

Elles s’opposent aux méthodes d’éducation « bancaire », basées sur l’accumulation de savoirs parcellaires et dénués de sens.

Elles se basent sur des apports des mouvements d’Education Nouvelle, de P. FREIRE, de C. FREINET, de l’Entraînement Mental de Peuple et Culture.

la participation, comme acteur et coauteur, à la formation

S’impliquer dans le fonctionnement et les activités du Collectif Alpha.

S’impliquer dans son groupe, c’est à dire interroger et échanger ses expériences, ses idées, ses ressources, ses documents en confrontant ses opinions.

Participer aux projets collectifs, penser et proposer des projets personnels en fonction de ses besoins, ses désirs, ses aspirations.

Participer aux différentes activités et en accepter les différentes formes : travail collectif, travail individuel, travail dans les cours et hors des cours.

Contribuer à la réussite de chacun autant qu’à sa propre réussite Evaluer et s’évaluer, corriger et se corriger, Si besoin est.

une relation pédagogique basée sur le respect et la reconnaissance

Instaurer une dynamique de groupe dans laquelle chacun a un rôle et qui permet l’apprentissage et l’évolution de tous les acteurs (participants, animateurs, Collectif Alpha) nécessite d’arriver à un climat de confiance, de respect et de reconnaissance mutuels et d’élaborer une relation pédagogique basée sur les ressources du participant et non sur ses manques, basée non sur une relation « prof-élève », dominant-dominé, mais sur l’échange et le respect mutuel.

Afin d’y arriver il est nécessaire :

  • d’avancer vers une meilleure connaissance de chacun des acteurs afin de mettre en lumière les goûts, désirs, sensibilités, centres d’intérêts, compétences, limites actuelles ;
  • de valoriser les différences en tant que richesses et complémentarités ;
  • de développer la confiance en soi et la confiance réciproque dans le potentiel créatif et d’apprentissage de tous.


Ce qui implique pour le formateur :

  • d’être à l’écoute ;
  • de proposer des cadres variés qui permettront à chacun de s’y (re)trouver ;
  • de questionner le regard qu’il porte sur les participants ;
  • de mettre en place les structures nécessaires aux apprentissages.


Nous définissons la relation pédagogique comme une relation dans laquelle le formateur met sa volonté et sa responsabilité d’enseignant au service de la volonté et de la responsabilité d’apprenant des participants, dans un rapport d’intelligence à intelligence.

Si cette relation est égalitaire, les rôles et les responsabilités de chacun sont cependant différents. Le formateur a le pouvoir et la responsabilité de son enseignement, le participant a le pouvoir et la responsabilité de son apprentissage.

S’il ne peut avoir une obligation de résultats, ceux-ci dépendant de nombreux facteurs, le formateur a cependant une obligation de moyens : démarches structurées, organisation, matériel, ...

En ce qui concerne les objectifs « se situer dans la société », nous constatons que la crise du modèle culturel, une situation d’émigration, les difficultés d’insertion socioprofessionnelle, l’appartenance à des (sous)cultures dévalorisées ou non reconnues,...., peuvent entraîner, notamment chez notre public, une crise ou une fragilisation des identités et une dévalorisation dans l’une ou l’autre partie de sa personnalité. Nous pensons que cela rend plus difficile les apprentissages, la maîtrise de sa vie et l’action collective. Nous considérons dès lors que l’un des axes de notre travail sera de permettre au participant d’explorer de multiples facettes de son identité pour y trouver de quoi se recomposer une image de soi positive et mobilisatrice. Il s’agira de développer une pédagogie de la « prise de paroles » pour mettre des mots sur son histoire, sa géographie, son vécu, afin de se (re)construire et (re)structurer et, peut-être, à partir de son histoire, de rencontrer l’histoire des autres et l’Histoire.

VI. LIENS AVEC D’AUTRES ASSOCIATIONS ET ORGANISMES >>

VII. MOYENS - FINANCEMENTS >>

VIII. FONCTIONNEMENT : A.G. - C.A. - COORDINATION

1. Organigramme du Collectif Alpha

2. L’Assemblée Générale

Le Collectif Alpha s’est constitué en ASBL en 1982.

Selon ses statuts :

"L’Assemblée générale est l’organe souverain de l’association"

"Sont réservés à sa compétence :

  • la modification des statuts ;
  • la nomination et la révocation des administrateurs ;
  • l’approbation du budget et des comptes ;
  • l’admission et l’exclusion des membres ;
  • la détermination de la politique générale de l’association."


Peuvent poser leur candidature comme membre de l’Assemblée Générale :

  • Toutes personnes travaillant depuis au moins un an dans le cadre du Collectif Alpha, quel que soit son statut.
  • Toutes personnes motivées par l’action du Collectif Alpha en accord avec sa plate-forme et susceptible de soutenir cette action par l’apport de ses compétences et ses connaissances dans l’un des secteurs d’activité du Collectif.



3. Le Conseil d’Administration

Selon ses statuts du 28 février 2005,

"Le Conseil d’Administration a les pouvoirs les plus étendus pour faire tous les actes d’administration en exécution des décisions prises par l’Assemblée Générale."

Il est élu par l’A.G. tous les trois ans.

Il assume la responsabilité patronale, procède aux engagements et licenciements des travailleurs.
Il est l’organe de recours en cas de conflits ou de désaccords qui n’ont pu être réglés aux autres niveaux.
Les personnes sous contrat d’emploi avec le Collectif peuvent être membres du Conseil d’Administration. Ils ne peuvent cependant représenter plus de la moitié des membres. Le président ne peut être lié à l’association par un contrat d’emploi.

Le Comité d’Appui au Conseil d’Administration

Il est constitué de membres de l’Assemblée Générale qui sont sous contrat de travail au Collectif Alpha. Ils sont élus par l’A.G. tous les trois ans en même temps que le C.A.. Le nombre de ses membres ne peut cependant pas être supérieur au nombre des membres du Conseil d’Administration. Ils apportent leur connaissance de la réalité du terrain et agissent à titre personnel dans la défense des objectifs de l’association et dans la gestion de celle-ci. Ils ne sont pas représentatifs d’une équipe ou de travailleurs du Collectif Alpha.
Cela suppose notamment de s’informer, d’informer, de questionner, de s’impliquer dans toutes les matières traitées au Conseil d’Administration.
Le Comité d’Appui participe aux réunions ordinaires du Conseil d’Administration en tant qu’invité permanent, avec voix consultative.

Le Conseil d’Administration privilégie un mode de fonctionnement au consensus.
En cas de désaccord ou de clivage 50/50 entre les parties, le/la président/e est chargé/e d’examiner la situation, de vérifier si elle répond bien à une prérogative du Conseil d’Administration ou s’il est nécessaire de faire appel à une autre instance, par exemple la Délégation syndicale, et de toute façon reporte la discussion au Conseil d’Administration suivant. En cas de désaccord persistant, le Conseil d’Administration décide par vote, la voix du / de la président-e est prépondérante.

La coordination au C.A.

La coordination générale et la coordination administrative et financière ne se présentent pas à l’élection du Conseil d’Administration.
La coordination générale est invitée de manière permanente au Conseil d’Administration, avec voix consultative.
La coordination administrative et financière est invitée au Conseil d’Administration en fonction de l’ordre du jour, avec voix consultative.


4. La Coordination

La direction journalière de l’association est de la responsabilité d’un/e coordinateur/trice général/e, nommé/e et évalué/e par le Conseil d’Administration.

La mission de la coordination générale est d’assurer la direction de l’association :

  • Etre garante des orientations politiques et pédagogiques telles que définies dans la plate-forme du Collectif Alpha.
  • Représenter l’asbl, sa philosophie, ses projets auprès des pouvoirs publics, des médias, des associations ou autres partenaires.
  • Etre garante de la qualité des projets et du respect de l’objet social.

La coordination générale assume donc les responsabilités suivantes :

  • La politique générale de l’association
  • La politique interne de l’association (politique pédagogique et politique du personnel)
  • La politique financière de l’association

Et donc :

  • La gestion du personnel
  • La gestion des conflits (situations qui dépassent une solution locale), entre travailleurs ou avec des participants
  • La gestion de certains partenariats (Promotion Sociale, FGTB, ...)
  • Les responsabilités juridiques de l’asbl
  • Les responsabilités en matière de conditions de travail et de bien-être des travailleurs
  • L’évaluation de l’ensemble des actions et de la cohérence avec les objectifs du Collectif Alpha
  • L’évaluation individuelle de chaque membre du personnel

Elle assure, avec le C.A., sa part de responsabilité dans la réussite des actions du Collectif en étant garant de l’objet et des orientations du travail dans le respect de cette plate-forme et en mettant à la disposition des actions les moyens nécessaires (matériel, compétences, réflexion, concertation, appui au travail des formateurs, régulation des conflits).

Le lien entre la coordination et les travailleurs se réalise dans le cadre des réunions du Comité de Pilotage et d’autres réunions qui ont pour objectif d’assurer les transmissions d’informations entre les différents acteurs, de préparer et de prendre les décisions concernant les projets et les actions.
Le lien entre la coordination et les travailleurs se réalise dans le cadre des réunions du Comité de pilotage et d’autres réunions qui ont pour objectif d’assurer les transmissions d’informations entre les différents acteurs, de préparer et de prendre les décisions concernant les projets et les actions.

L’ensemble des fonctions et des tâches nécessaires à la réalisation des buts du Collectif Alpha sont réparties par la coordination entre les membres du personnel, sur base :

  • des besoins du Collectif Alpha ;
  • des projets des centres ;
  • des compétences et des desiderata de chacun

et selon le principe de la prise en charge de toutes les tâches nécessaires à la réalisation d’une activité ou d’un projet par une même personne (ex. : un formateur conçoit son cours, fait lui-même ses photocopies et son secrétariat).

Sauf nécessité absolue, cette répartition se fait au plus une fois par an.

La coordination, après consultations des personnes, des équipes et du Comité de pilotage, décide de :

  • l’affectation de chaque travailleur à une équipe de travail ;
  • la répartition des différents projets à réaliser entre les centres et/ou les travailleurs.

La répartition du travail au sein de chaque équipe est validée lors d’une réunion équipe / coordination.

La coordination générale adopte le modèle de fonctionnement suivant :

* Se concerter avec les équipes :

  • Etre présente régulièrement (1x/mois) aux réunions d’équipe ;
  • Avoir connaissance des pratiques professionnelles mises en œuvre, notamment via la participation aux cours et aux ateliers ;
  • Soutenir, discuter et valider le programme d’action global propre au centre ;
  • Soutenir, discuter et valider le projet pédagogique du centre ;
  • Attribuer du personnel et des horaires de travail en fonction des besoins et des projets développés par l’équipe ;
  • Evaluer les actions, les projets et les missions avec chacune des équipes ;
  • Identifier les besoins des équipes et, le cas échéant, établir des priorités.

* Se concerter avec le Comité de pilotage :

  • S’informer des décisions prises en équipe et du suivi de ces décisions ;
  • Centraliser et faire le lien entre les différentes actions et projets réalisés ;
  • Garantir la cohérence des actions menées, en lien avec l’objet social de l’association Travailler à la cohérence d’un projet plus global et commun ;
  • Elaborer les budgets et évaluer les dépenses en fonction des besoins des centres et des projets développés ;
  • Construire les IC en lien avec les besoins et les demandes du personnel ;
  • Désigner des personnes ayant des missions de représentations à l’extérieur en fonction de leur métier exercé dans l’association. Mettre en place des procédures de communication afin d’informer l’ensemble du personnel sur l’actualité des différents secteurs concernés par l’alpha.

* Se concerter avec les différents « métiers » du Collectif Alpha

  • Concerter régulièrement les personnes des différents pôles d’action (formateur, bibliothécaire, accueil,...), tant au niveau des enjeux que des actions et créer des liens entre les différents métiers du Collectif Alpha ;
  • Créer des lieux de réflexion et d’animation liés aux spécificités des métiers ;
  • Travailler à partir des enjeux des différents secteurs d’activités et externaliser les revendications vers les instances concernées ;
  • Etablir un programme de formation en fonction des besoins des personnes occupant ces divers métiers.


5. Le Comité de pilotage

Le Comité de pilotage est composé de la coordination générale, qui le préside, de la coordination administrative et financière et des coordinateurs d’équipe.

  • Le Comité de pilotage travaille sur les enjeux et les modèles d’action du Collectif Alpha. Il alimente la réflexion et assume un rôle de conseil à la coordination.
  • Le Comité de pilotage élabore l’offre de cours, en concertation avec les équipes mais également en fonction de l’offre globale du Collectif et des besoins du secteur.
  • Le Comité de pilotage, par exemple, prépare et (re)dynamise les Inter-centres, veille aux processus d’évaluation des actions, des projets et des missions
  • Les coordinateurs d’équipe y sont les porte-parole / ambassadeurs de leur équipe.
  • Le Comité de pilotage fait des retours réguliers dans les équipes, via les coordinateurs d’équipe et/ou la coordination générale.
  • Le Comité de pilotage peut inviter des personnes à s’y joindre de manière ponctuelle, en fonction du thème abordé.

Le Comité de pilotage se réunit minimum 1 fois par mois. Un PV sera établi à chaque réunion et transmis aux travailleurs.


6. Les coordinateurs d’équipe

En cohérence avec les enjeux et les modèles d’action du Collectif Alpha, le coordinateur d’équipe a pour mission de garantir la réalisation des actions des équipes de centre de formation et d’assurer le lien avec la coordination générale.

Responsabilité d’un coordinateur d’équipe :

  • Fédérer l’équipe, animer le projet de l’équipe, veiller à la réalisation de son rapport d’activités ;
  • Etre garant du respect des objectifs, du cadre et des procédures du Collectif Alpha en ce qui concerne la réalisation des actions de l’équipe
  • Préparer et assurer l’animation de la réunion
  • d’équipe, garantir le secrétariat de la réunion, planifier l’agenda de l’équipe et entendre les questions et propositions des collègues. Assurer les liens entre l’équipe et la coordination, l’administration, le Centre de documentation, en fonction des besoins de l’équipe

  • Etre garant du suivi des décisions prises collégialement en équipe, ainsi que celles prises au niveau du Comité de pilotage
  • Soutenir la cohésion relationnelle
  • Veiller à organiser le soutien pédagogique des membres de l’équipe
  • Veiller à la répartition des tâches au sein de l’équipe
  • Participer au Comité de pilotage, en tant que représentant de son équipe
  • Accueillir les nouveaux formateurs et gérer l’accueil des stagiaires
  • Participer et veiller à la participation aux réunions locales externes en lien avec l’action du Collectif Alpha et en assurer le suivi en interne

Les coordinateurs d’équipe sont désignés pour une durée minimum d’un an.
Le temps de travail dégagé pour cette fonction est d’un mi-temps/semaine par centre, réparti sur maximum 2 personnes.

Les coordinateurs d’équipe n’ont ni le pouvoir de sanction, ni le pouvoir d’évaluation individuelle des membres de l’équipe. Par contre, dans le cadre de leur mission et de leurs responsabilités, ils ont le pouvoir de rappeler règles et procédures de manière individuelle aux membres de l’équipe.

En cas de dysfonctionnement récurrent, ils ont la responsabilité d’en référer à la coordination générale le plus rapidement possible.

Au vu de ses responsabilités, cette fonction est positionnée au barème 5 de la CP 329 (ISP Bxl) au prorata des heures prestées dans cette fonction.


7. L’équipe

Le travail au Collectif est basé sur un travail d’équipe, ce qui implique que les travailleurs, en cohérence avec les enjeux et les modèles d’action du Collectif Alpha :

  • mènent une réflexion sur les modèles d’action, les activités, les projets de leur centre, les évaluent et les redéfinissent si nécessaire dans les cadres fixés ;
  • partagent leurs savoirs, communiquent leurs expériences, leurs vécus, leurs formations, leurs productions ;
  • s’organisent, dans le cadre défini ci-dessus, pour mener à bien leurs actions.

Toutes les équipes veilleront à :

  • Assurer les tâches administratives dans les délais demandés : rapports, statistiques, ...
  • Construire des procédures en équipe, en fonction des besoins
  • Faire des propositions pour les IC, les formations internes
  • Travailler en concertation avec les autres équipes, la coordination et l’environnement local
  • Assurer les tâches d’intendance et de logistique locales
  • Evaluer l’action de l’équipe et les projets

L’équipe administrative se réunit sous la responsabilité de la coordination administrative et financière.
Le Centre de documentation se réunit sous la responsabilité de la coordination générale.
Les équipes de centre de formation se réunissent sous la responsabilité du coordinateur d’équipe.

En ce qui concerne plus particulièrement les équipes de centre de formation, celles-ci veillent à :

  • Accueillir, orienter, inscrire les participants dans les groupes
  • Assurer les cours
  • Assurer le suivi et le soutien (en insertion socioprofessionnel, psychosocial, ...) des participants
  • Garantir la cohérence pédagogique et évaluer l’action
  • Gérer les groupes de participants ;
  • Gérer les dossiers administratifs des participants ;
  • Gérer la caisse du centre ;
  • Accueillir les nouveaux formateurs et encadrer les stagiaires ;


IX. TRAVAILLER AU COLLECTIF

Travailler au Collectif Alpha implique :

  • d’adhérer à l’objet, aux finalités et buts, aux orientations pédagogiques et à l’organisation définis dans cette plate-forme ;
  • de travailler en équipe ;
  • de poursuivre, approfondir, élargir sa formation ;
  • de concevoir, préparer et assurer et évaluer les activités dont on a la charge de manière responsable et coordonnée.

La pratique quotidienne, les confrontations avec les participants, collègues, personnes extérieures, ... amènent à pousser plus avant nos réflexions. Celles-ci, l’évaluation de nos pratiques, l’évolution de l’environnement, poussent à modifier, revoir, changer certains points. Ce travail de réajustement ne peut se faire que par l’implication de chacun, invité à exprimer ses points de vue et à en débattre. Les différentes réunions : réunions d’équipe, de centre, réunions par pôles d’activités, réunions intercentres,... sont des lieux prévus pour ces débats.

Etre travailleur au Collectif ce n’est pas d’abord être porteur de diplômes, c’est aussi être porteur d’attitudes : écoute des autres, tolérance, souplesse et ouverture, et c’est accepter de se remettre en question et d’améliorer sa formation, de partager ses savoirs. La diversité du vécu des travailleurs (et des participants) constitue une richesse importante du Collectif.

C’est également être porteurs, collectivement, du projet du Collectif. Cette responsabilité collective implique pour chaque travailleur :

  • d’accepter une responsabilité spécifique telle que l’accueil dans un centre, les dossiers pédagogiques, les réunions pédagogiques d’équipe, l’administration, la représentation officielle ;
  • de participer à la vie du Collectif.
  • de respecter les règles de déontologie
  • de respecter le règlement de travail et les termes de son contrat

Chaque travailleur assure l’ensemble des tâches nécessaires à la réalisation du projet ou de l’activité qui lui a été confiée, de manière explicite, par l’équipe et par la coordination.

En ce qui concerne les formateurs :

Chaque formateur :

  • élabore son dispositif de formation ;
  • fixe ses objectifs ;
  • établit son programme ;
  • prépare les activités et les démarches d’apprentissage ;
  • organise l’évaluation ;

et ce de manière autonome mais dans le respect des cadres définis par :

  • la plateforme ;
  • les buts et objectifs des participants ;
  • l’approche pédagogique du Collectif ;
  • les décisions d’équipe.

Il est tenu :

  • d’assurer les activités selon l’horaire défini ;
  • d’informer l’équipe de ses projets ;
  • de remettre au moins une fois par an un rapport d’activités selon les directives de la coordination ;
  • de participer au travail d’équipe (réunions, activités particulières ...) ;

Il ne peut :

  • engager financièrement le Collectif hors du budget ordinaire de l’équipe ;
  • engager le Collectif en tant qu’association ;

sans accord de la coordination.

En ce qui concerne les formations :

Le travail d’alphabétisation implique une réflexion et une formation continuée.

C’est pourquoi le Collectif Alpha :

  • met à la disposition des formateurs un centre de documentation. Les formateurs sont tenus de s’y documenter. Tout formateur peut demander à la documentaliste l’achat d’ouvrages qu’il juge intéressants. La documentaliste décide de l’achat.
  • s’organise sur base d’un travail d’équipe destiné à favoriser les échanges entre formateurs (échanges de pratiques, collaborations et co-animations,...)
  • organise des modules de formation, ou propose des formations organisées par d’autres organisations.

Tout formateur peut également proposer l’organisation d’un module de formation ou demander à suivre une formation.

Les formations peuvent se faire sur le temps de travail et être payées par l’association (trajet et frais d’inscription), pour autant qu’il y ait eu une demande écrite et un accord de la coordination préalables.

Elles se font de préférence pendant les périodes de congé des participants.

En dehors de ces périodes, il faut un accord de la coordination, qui veillera à ce que le travail dans le centre ne soit pas trop perturbé.

En échange, tout formateur doit faire bénéficier l’ensemble du Collectif des acquis de sa formation, par exemple :

  • en transmettant au centre de documentation (et à ses collègues si c’est possible) les documents reçus et les références bibliographiques ;
  • en donnant un compte rendu écrit ;
  • en présentant lors de réunions intercentres les aspects qui lui paraissent être utiles pour la pratique et/ou susceptibles d’alimenter les réflexions.

Lorsqu’un travailleur suit une formation donnant droit au congé-éducation, il bénéficie de la législation en vigueur. Les heures de congé-éducation sont réparties sur l’année et donc prévues dans l’horaire hebdomadaire. En cas d’impossibilité de répondre à toutes les demandes, la coordination décide des priorités.

En ce qui concerne l’accueil de stagiaires :

L’accueil de stagiaires au Collectif Alpha, venant d’horizons divers (Formation d’Animateur et Formateur d’Adultes, AS, psycho-péda, logopédie,...), représente tant pour ces stagiaires que pour l’équipe du Collectif et les participants une opportunité d’enrichissement mutuel.

L’accueil de stagiaires entre dans notre objectif général de promotion de l’alphabétisation et de formation de formateurs et peut également à terme favoriser une meilleure connaissance et prise en compte de notre public en général.

Pour que des stages se passent dans les meilleures conditions nous proposons le cadre de fonctionnement suivant :

  • Faire un relevé de nos « offres de stage », c’est à dire, savoir quels formateurs souhaitent a priori travailler avec un stagiaire et pour quel type de cours ou de travail
  • Une première rencontre entre un stagiaire qui nous contacte et le Collectif est gérée par centre et a pour but de faire connaissance, de présenter le Collectif et de voir si les attentes mutuelles (du stagiaire et du Collectif) peuvent se rencontrer.
  • Si la candidature du stagiaire, déjà un peu précisée, intéresse un formateur, il devient son « parrain », son « maître de stage » et à partir de ce moment c’est le formateur qui prend le stagiaire en charge :
    • il veille à l’accueil de la personne et à son intégration dans l’équipe (visiter l’ensemble des cours du centre par exemple) ;
    • il établit, avec le stagiaire, les attentes, le projet, l’horaire et le type de participation (observation, co-animation) ;
    • il prend contact avec l’école ou le maître de stage en vue d’une rencontre ;
    • il fera, avec le stagiaire, et éventuellement avec le superviseur, l’évaluation du stage et remplira le rapport de stage.
  • Le principe du stage est « qu’on y retrouve sa mise », c’est à dire que le formateur qui investit du temps et de l’énergie dans la supervision du stagiaire y trouve également une aide et une réelle collaboration.
  • Dans ce sens il semble souhaitable qu’un formateur n’encadre qu’un seul stagiaire et inversement, que tout stagiaire ait un « maître de stage » bien identifié.
  • En cas de problème, il faut rapidement éclaircir les choses et une rencontre avec le superviseur peut s’imposer.


Par ailleurs, il est important, au niveau du Collectif, de ne pas instaurer une dépendance structurelle vis-à-vis des stagiaires. Le travail se fait en co-animation ou est un enrichissement des activités, le stagiaire n’est pas un formateur de plus.


La gestion des conflits

En ce qui concerne la gestion des conflits, le principe suivant est d’application :

  • autocontrôle et autodiscipline ;
  • toujours tenter de résoudre le problème directement avec la personne concernée ;
  • si nécessaire, appel, pour les équipes de centre au coordinateur d’équipe ou à la médiation de l’équipe ;
  • en cas d’échec, appel rapide à la coordination.

Si échec ou conflit à ce niveau, appel au Conseil d’Administration.

X. LA LAICITE AU COLLECTIF ALPHA

Pour tenter une définition de la laïcité, le Collectif Alpha s’est appuyé sur les citations et définitions suivantes [1] :

La laïcité, c’est se battre pour que tout le monde soit dans les conditions de pratiquer le libre examen. Cela implique d’abord que les gens aient assez à manger, un cadre politique démocratique, la séparation de l’Église et de l’État, la justice sociale, l’instruction, la culture, ...
Marthe Van de Meulebroucke

La laïcité se fonde sur la conviction que tout homme a la capacité et le droit à l’autonomie. Aussi est-elle refus de toute oppression sur l’esprit et sur les sens, combat contre tous les dogmatismes, toutes les aliénations, combat contre l’ignorance. (...) La laïcité n’est ni neutralité ni abstention, elle est engagement pour la liberté de l’homme. Elle fonde les luttes contre toutes les inégalités, les exclusions, les injustices, les violences, pour la solidarité des hommes (et des femmes) dans leur effort d’émancipation collective et d’épanouissement individuel.
J-C. Barbarant

La laïcité est une valeur essentielle, avec ce souci de la liberté de conscience et de l’égalité de tous les hommes, qu’ils soient croyants, athées ou agnostiques. L’idéal laïc n’est pas un idéal négatif de ressentiment contre la religion. C’est le plus grand contresens que l’on puisse faire sur la laïcité que d’y voir une sorte d’hostilité de principe à la religion. Mais c’est un idéal positif d’affirmation de la liberté de conscience, de l’égalité des croyants et des athées. ../..
Henri Pena-Ruiz / 2003

S’inscrivant pleinement dans les valeurs laïques telles qu’exprimées ci-dessus, le Collectif Alpha poursuit des objectifs de compréhension mutuelle, au-delà des traditions et des convictions de chacun. Considérant que trop souvent on a tendance à privilégier ce qui divise, le Collectif Alpha invite à jeter des ponts entre les personnes, pour mettre en évidence ce qui nous lie en tant qu’êtres humains et favoriser l’ouverture et le dialogue.

C’est pourquoi l’action du Collectif Alpha et le « vivre ensemble avec nos diversités » implique un cadre de valeurs clair d’égalité entre tous les êtres humains, de respect des droits humains selon la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, d’égalité hommes/femmes, de respect des orientations sexuelles, de séparation entre la religion et l’Etat, d’égalité entre les croyants et les non croyants et de non prosélytisme politique, philosophique ou religieux.

Nous sommes là pour nous instruire, travailler ensemble et devenir des hommes et des femmes libres... à tout point de vue.

Pour construire un projet de société, affirmons ces valeurs !

Concrètement, cela implique, entre autres, que :

  • le Collectif Alpha respecte la liberté de conscience de chacun, tout en suscitant le débat d’idées et la tolérance, mais il ne peut être un lieu de pratique de culte ou de prière, ce qui relève de la sphère privée des personnes ;
  • les activités du Collectif Alpha s’adressent à un public mixte, d’hommes et de femmes, d’âges, de conceptions philosophiques, de cultures et d’origines différents
  • le Collectif Alpha veille à garantir, dans sa pratique, le non prosélytisme, c’est-à-dire que personne ne puisse mettre de freins à l’émancipation et au libre choix d’autrui sous couvert d’arguments philosophiques, politiques ou religieux contraignants ;

et

  • que travailler au Collectif Alpha c’est adhérer à un cadre de travail, sous-tendu par une série de principes, expliqués dans cette plate-forme :

Pour être émancipatrice, notre action d’alphabétisation doit permettre, tant au formateur qu’à l’apprenant, de se situer et d’agir dans et sur la société, ce qui implique de :

  • Réfléchir avec chacun à son histoire, sa géographie, son itinéraire, en veillant à articuler le présent, le passé et l’avenir dans ses dimensions tant personnelles que familiales, sociales et culturelles et valoriser les identités sans toutefois les enfermer dans des mythes identitaires ;
  • Permettre la rencontre de différentes cultures, de différentes religions, de l’autre sexe, de différentes philosophies, de différentes origines.

C’est pourquoi l’action du Collectif Alpha et le « vivre ensemble avec nos diversités » impliquent un cadre de valeurs clair d’égalité entre tous les êtres humains, de respect des droits humains (selon la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme), d’égalité hommes/femmes, de respect des orientations sexuelles, de séparation entre la religion et l’Etat, et de non prosélytisme.

../..

Nos méthodes font appel à et valorisent l’intelligence, l’intuition, les connaissances et l’expérience personnelle de chacun pour se questionner, douter, refuser, proposer, accepter, innover, se former, demander, répondre et se positionner.

Extraits de la Plate-forme
  • le personnel du Collectif Alpha sera engagé sur base de ses compétences et de l’adhésion claire aux valeurs de laïcité philosophique. Ces principes sont énoncés dans la plate-forme du Collectif Alpha. L’Assemblée Générale du 10 mars 2007 a donc décidé que tout signe religieux (dont le voile) est interdit pendant les heures de travail.
  • ces règles sont également d’application pour les personnes demandeuses de faire un stage au Collectif Alpha (cfr. CA du 16/04/08).
[1] Citations et références reprises du site du CAL : (http://www.ulb.ac.be/cal/actions/re...) « Des références » : De nombreux écrivains, philosophes ou hommes politiques ont exprimé leur conception de la laïcité et des valeurs qu’elle défend.



XI. LE VOLONTARIAT AU COLLECTIF ALPHA

Le volontariat ne peut en aucun cas servir à remplacer ou à diminuer le volume des emplois salariés au Collectif Alpha.

Il est néanmoins intéressant de permettre un engagement militant et « bénévole », qui peut nous entraîner dans de nouvelles réflexions et dans le développement de partenariats, de dynamiques de quartier ; nous impliquer dans de nouveaux projets ; soutenir nos interpellations, ou nous questionner sur des enjeux de société.

Le Collectif Alpha ne fait pas appel de manière structurelle aux bénévoles, il y a cependant une place possible pour une activité bénévole au sein du Collectif Alpha dans le cadre de projets spécifiques.

Les besoins et conditions devront être discutés en termes de projet spécifique à mener en Comité de Pilotage, anticipativement à l’engagement des volontaires. Par projet spécifique, on entend une action imaginée par l’équipe d’un centre (dans le cadre de notre mission d’alphabétisation) et qui ne sollicite pas uniquement les métiers habituels des travailleurs du Collectif Alpha. La délégation syndicale est informée de ces projets.

Il faut partir des projets, définir les besoins pour mener à bien ces projets, et voir si le bénévolat est un moyen possible. Le débat se posera en termes de pertinence pédagogique du projet et en termes de moyens pour le mener. A-t-on des moyens pour le mener ? En engageant ? En le faisant en partenariat ? Avec des bénévoles ? Le projet, s’il est jugé pertinent, devra faire partie du plan d’action du centre et être évalué.


Pour être volontaire au Collectif Alpha :

  • Il faut adhérer aux valeurs et aux modes d’action du Collectif Alpha, tels qu’énoncés dans sa plate-forme.
  • Il faut être conscient de ce que le volontariat ne sert pas de tremplin à l’emploi au sein du Collectif Alpha. Il s’agit de s’impliquer comme citoyen dans une activité bénévole et non pas dans un (futur) emploi. Une action de volontariat au Collectif Alpha ne donne pas de priorité lors d’éventuelles possibilités d’engagement.
  • Il faut en faire la demande préalablement et avoir obtenu l’accord de la coordination. La personne qui en fait la demande sera reçue par la coordination qui donnera - ou non - son accord sur la collaboration et en précisera les conditions. L’évaluation des besoins se fera au cas par cas. Il est aussi fondamental que l’équipe donne son accord, ainsi que le travailleur qui va, le cas échéant, co-animer avec le volontaire.


Après accord :

  • Les volontaires doivent signer un contrat de volontariat et se conformer à la plate-forme du Collectif Alpha.
  • Les volontaires ne sont pas rémunérés, mais leurs frais de transport, ainsi que les frais des activités peuvent être pris en charge par le Collectif Alpha.
  • Une assurance RC et dommages corporels est contractée.
  • Les volontaires participent aux réunions d’équipe de centre en fonction des besoins des projets.
  • Dans les rapports avec les travailleurs, les volontaires sont au service du projet de l’association et non pas au service des salariés.
  • Les travailleurs et le cadre du Collectif ont un rôle d’appui, d’encadrement du bénévole. Ce n’est pas au travailleur seul à gérer la situation / à résoudre les problèmes mais à l’association, et ce, en établissant un contrat.
  • Les volontaires ne prestent pas un temps plein ; leur temps d’activité est réduit.
  • Leur degré de responsabilité est aussi limité. Ils ne doivent jamais agir seuls, mais en co-animation.





Présentation de l’association
Historique
Organigramme