Collectif Alpha asbl

Alphabétisation d’adultes à Bruxelles

Accueil > Les apprenants s’expriment > Textes et dessins de participants > [article1 rubnum] Je lis dans ma commune - Mémoire en partage (...) > Je lis dans ma commune 2010 - Mémoire en partage

Je lis dans ma commune 2010 - Mémoire en partage

mardi 21 septembre 2010, par Collectif Alpha

L’opération "Je lis dans ma Commune" réunit chaque année le Collectif Alpha, la Maison du Livre et la Bibliothèque communale de Saint-Gilles autour d’un projet commun.
Cette année, ce projet avait pour thème : "Micro-mémoires, nos souvenirs en partage..." où chacun (apprenants, formateurs, habitants du quartier...) était invité à partager et échanger ses souvenirs par l’expression de son choix : lecture, chanson, mime ...

Au programme également de cette soirée ludique et festive du 20 avril 2010 :

  • La présentation d’une étape de travail de l’atelier-théâtre du Collectif : adaptation d’une scène du Cercle de craie caucasien de Bertolt Brecht. Cet atelier est animé toute l’année par Marine Bestel.
  • La présentation de « capsules » enregistrées par l’atelier-radio « Anonymes », animé par Hervé Brindel, centrées sur les souvenirs de rencontres éphémères. Le public était invité à se prêter à l’enregistrement.

Morceaux choisis

En cette journée de printemps
Le soleil vient d’apparaitre
Les bourgeons éclosent à temps
Les fleurs et couleurs se montrent

En cette journée ensoleillée
Le sol est en train de monter
La vie semble nous sourire

En cette journée de beau temps
On entend dans les champs
Les oiseaux chanter des chants de joie
En accueillant le printemps une nouvelle fois

En cette journée où la neige fond
Nous disons adieu aux glaçons
Le soleil rayonne
Et les arbres bourgeonnent

Rkia

Je me souviens du village Jattu,
où vivait ma grand-mère, Abilessemu ;
de l’odeur de sa soupe etgousi ;
de ses mots doux, Omosiobo ;
de sa parole : « Nayé uwélé naboobo ».*

Je me souviens du message de ma mère :
« Uwén okwa owou »
« Ta grand-mère est décédée ».

Cynthia

*« Tu vas avoir une vie meilleure »

Je me souviens des grandes montagnes de mon village,
de l’odeur de la sauce gombo préparée par ma grand-mère,
de mon grand-père avec son bâton.

Je me souviens des paroles de mon fils quand il me dit :
« Maman, je veux rester avec toi ».

Je me souviens du jour de mon mariage.
Je ne vais jamais l’oublier dans ma vie.

Salmata

Je me souviens du village,
de la maison de ma grand-mère ;
de l’odeur de l’eau glacée dans le canari ;
de ma grand-mère.

Elle est très forte et gentille.
Elle me racontait des contes :
(Début de conte dans ta langue maternelle)

J’étais très impatiente de savoir la fin.
Et ma grand-mère disait :
« Dors maintenant, demain, je te raconterai la suite ».

Aminata

Je me souviens d’un mont passant l’Italie
Et de la mer qui découvre tout en face
La beauté de la Sicile.

Je me souviens du grand bateau.
Je me le rappelle toujours


Je me souviens de l’odeur de mon pays.
C’est toujours quand j’arrive en Bulgarie.
Là, l’odeur est forte : la nature et les gens se mélangent.

Je me souviens de la foire à la Gare du Midi.
Pour mes enfants, c’est le paradis.

Je me souviens d’une personne aimée
mais, malgré tout, elle est décédée.

Je me souviens des paroles :
« L’amour est le plus fort dans le monde ».

Dany

Je me souviens d’une promenade dans la forêt,
de l’odeur des pommes de pin
et d’épines de sapin brun clair qui recouvraient le sol.

Le soleil passait difficilement à travers les arbres.
Il créait une atmosphère apesante et presque magique.

Je me souviens du garde forestier.
Il m’a fait des remarques inutiles.
Elles m’ont fortement perturbé.

Il n’avait aucune délicatesse pour la nature.
Je lui ai dit ma façon de penser.
Cela l’a étonné.
Et il est parti.

Marco

Je me souviens, quand j’étais petite fille,
des petites maisons de mon village
des flaques d’eau qui coulent des montagnes dans la rivière,
et au printemps, des fleurs de toutes les couleurs,
des oiseaux qui chantent.

Dans la nuit, le calme des perroquets, des chauve-souris.

Joséphina

Je me souviens des conseils de mon père,
de la mort de mon grand-père ;
des histoires que ma grand-mère me racontait,
de mon quartier d’Afrique comme il était, dans la forêt,
de notre pasteur, comment il prêchait,
de l’odeur du poisson fumé que je préparais.

Micheline


Quelques photos de la fête